11 septembre 2018

Quand le bâtiment fait sa révolution digitale

Pour s’engager au mieux dans la transition énergétique et anticiper les besoins futurs de ses clients, ENGIE s’appuie sur son réseau international de centres de recherche : les ENGIE Labs. De nombreux projets voient le jour chaque année au sein de ces laboratoires dans le but de concevoir des bâtiments de meilleure qualité.
Mariane G., Responsable de pôle Mutation numérique des services à l’énergie d’ENGIE Lab Cylergie nous parle du « bâtiment virtuel », un outil développé afin d’effectuer des simulations énergétiques et tester en temps réel des régulateurs de système de chauffage.

Quel est le rôle d’ENGIE Lab Cylergie au sein d’ENGIE ?

M.G. : Le Centre de Recherche Cylergie existe depuis 30 ans. Ce laboratoire est spécialisé dans les métiers du service à l’énergie. Il regroupe 20 collaborateurs qui travaillent en deux pôles. Un pôle « Energie renouvelable et services de confort » et un pôle « Numérisation » dans lequel nous anticipons aujourd’hui tous les moyens opérationnels pour faire rentrer le digital dans le bâtiment.

Sébastien, consultant agap2, travaille sur le « bâtiment virtuel ». A quel besoin répond ce projet développé par ENGIE Lab Cylergie ?

M.G. : Le « bâtiment virtuel » est fonctionnel depuis deux ans et est de plus en plus demandé, notamment par les startups qui cherchent à commercialiser auprès d’Engie des solutions d’intelligence artificielle. Il s’agit d’un bâtiment virtuel modélisé et pluggé avec un vrai régulateur utilisé en chaufferie, comprenant un algorithme. Cet outil, en simulant la réponse thermique et énergétique d’un bâtiment en temps réel, nous permet de tester l’utilisation du régulateur, d’évaluer son efficacité et ainsi d’identifier quel régulateur pilote le mieux le bâtiment. Le gain de temps est considérable. Une étude de caractérisation pouvait prendre jusqu’à une année pour valider un régulateur. Aujourd’hui, le « bâtiment virtuel » est capable de simuler cette année de test en une seule journée (temps accéléré) ou en 2 semaines avec des conditions bien représentatives (temps réel).

Quelles sont les perspectives d’évolution du projet ?

M.G. : Cet outil a pour vocation de rester interne car c’est un outil très différenciant sur le marché. Les évolutions se font aujourd’hui par l’ajout de fonctionnalités et le développement d’autres modèles de bâtiments qui nous permettent d’effectuer des tests dans d’autres conditions. Aujourd’hui, nous pouvons faire varier différents paramètres comme la surface vitrée, l’inertie, les données météo, les horaires d’occupation, la géographie, la typologie du bâtiment… afin d’être représentatif de la majorité des bâtiments qui existent. C’est sur cette partie du projet que Sébastien intervient.

Expertise agap2

Sébastien, consultant agap2, accompagne ENGIE Lab Cylergie sur l’amélioration du « bâtiment virtuel ».
Dans le cadre du développement d’un simulateur de chaufferies destiné à la formation des opérateurs d’ENGIE, j’ai effectué tout un travail préliminaire d’appropriation et de retraitement du code Matlab qui a pu être utilisé pour l’amélioration du « bâtiment virtuel ». Une fois le code finalisé, j’ai pu l’adapter au projet pour ne garder que les fonctions nécessaires.

Par la suite, j’ai effectué diffé-rents ajouts de fonctionnalités à la demande des équipes d’ENGIE (ajout de chaudières, de ther-mostats thermiques…) afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs. Ce sont leurs dif-férents retours qui nous ont per-mis d’avancer et de faire évoluer le projet. Il a fallu une certaine adaptabilité et réactivité. Les dé-cisions sont prises rapidement et je réponds sur place dans le même élan et c’est ce qui me plaît dans ce projet.

Sébastien S.
Ingénieur Génie des Procédés et simulation numérique